Jusqu’au Boudellaa Tunisie

Bonjour à tous,
Alors qu’il semblerait que les températures soient en chute libre dans le cher pays de notre enfance, nous avons décidé de pointer vers le sud cherchant le soleil et les cocotiers (nous? Pas envie de rentrer ?!)
Reprenons! Nous sommes arrivés à Tunis le 22 décembre, après 20h de trajet depuis Tokyo. Parcourir en 20h ce que nous avons parcouru en 10 mois, c’est une autre manière de voir le temps et les distances. Comme vous pouvez vous en doutez, la Tunisie c’est un peu différent du Japon. Quelques exemples: Au Japon personne ne traverse la route tant que le bonhomme est rouge même si il n’y a pas de voiture ; En Tunisie il n’y pas de petit bonhomme. Au Japon on salue une personne que l’on rencontre en inclinant la tête avec 1,50m de séparation ; en Tunisie tu sers la main et tu fais la bise en même temps. A Tokyo les buildings dépassent les 50 étages ; à Tunis pas plus de 3. Au Japon le klaxon ne s’utilise qu’en cas de nécessité absolu, de dernier recours ce qui fait de Tokyo une ville relativement silencieuse ; En Tunisie il sert à tout et très souvent. La nourriture Japonaise est à base de riz et pas épicée ; la nourriture tunisienne est à base de semoule et de harissa.

Juste le temps de se remettre du décalage horaire (jetlag au goulag) et la machine folle s’est mise en route: retrouvailles de Lucie Jacquet et Wahid (les mariés) et de la famille de Lucie Jacquet, visite poussée des frippes pour trouver une tenue dont la marque n’est pas une enseigne de sport, mariage civil à la mairie de Carthage, réveillon de Noël (avec foie gras et saumon fumé, et oui on en aura eu même cette année ! Merci Isabelle et Bernard !) et journée de Noël avec la grande famille Jacquet, accompagnement de Lucie pour essayage des robes de mariée, allers-retours à l’aéroport et retrouvailles des copains (X20), visite de Sidi Bou Saïd (X2 pour Pierre), préparation des sachets de thé offerts aux mariés (merci pour l’aide des copains), grande fête du mariage, soirée « partageons nos spécialités régionales » au café du souk, après-midi chasse aux trésors dans la Médina (merci aux organisateurs pour ce super moment !), réveillon du Nouvel An, couscous de la nouvelle année avec les copains et bien sûr un petit hammam pour se mettre de toutes ces émotions. Bon, il s’agit d’une liste non exhaustive des faits qui ont marqué ces deux semaines à Tunis. Mais vous l’aurez compris on ne s’est pas embêté!
Finie la fête, la fête continue on reprend la route ! Avant cela, précisons qu’il a fallu remonter les vélos qui étaient littéralement en boîte. En morceaux mais en très bon état, ils n’ont subi aucun dommage durant le trajet bus pour l’aéroport-chariot-avion-transit-avion-panda tunisienne-chariot dans la Médina. Nous avons donc décidé de faire un petit tour de la Tunisie jusqu’à la fin du mois de janvier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Premier objectif: nous filons au Sud à Tataouine, le bout de la Tunisie.
Durant une semaine, nous avons suivi la côte méditerranéenne. Le premier jour, dans la petite ville de Grombalia à 50 km de Tunis, Lucie part faire des courses tandis que Pierre reste avec les vélos. Un couple s’arrête en voiture et échanges quelques mots avec Pierre. Celui-ci note une petite inquiétude de la part de ses interlocuteurs concernant le bivouac au mois de janvier sous un ciel couvert. Ils partent et reviennent trois minutes plus tard pour lui proposer de venir dormir chez leur mère. La scène est assez brève: « C’est bon j’ai appelé ma mère, elle est d’accord, vous pouvez dormir chez elle ». Quand Lucie sort du magasin, le sort de la soirée est déjà ficelé. Premier jour sur la route, premier accueil, ça promet…Nous avons passé une très bonne soirée dans cette famille tunisienne avec qui nous avons échangé sur des sujets très variés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Famille de Fahtia et Lotfi

Le lendemain, c’est gonflés à bloc que nous pédalons le long des champs d’oliviers. Nous atteignons Sousse en fin d’après-midi où retrouvons Djoul et Marj, deux amies qui ont fait durer le plaisir des vacances en Tunisie en se promenant dans le sud. Après cette petite pause (déjà ?! Oui il faut reprendre doucement, nous sommes vigilants à la tendinite), nous continuons le long de la côte découvrant les villages de Monastir et Mahdia avec le Cap Afrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cap Afrique

A la Chebbaa se produit une scène amusante. En fait, vous reprenez la scène de Grombalia et vous modifiez quelques éléments. Déjà cette fois-ci c’est Pierre qui fait les courses (et oui la parité !) Aussi, c’est un homme seul à vélo qui rejoint Lucie. Elyes lui explique qu’il était dans le louage (sorte de bus) quand il nous a vu sur nos vélos. Il a couru chez lui déposer ses affaires et enfourcher son vélo pour venir à notre rencontre. Ouf il nous a trouvé et nous invite chez lui. Il y a plus d’un an, il a fait un tour de la Tunisie à vélo alors il a envie de rendre l’hospitalité qui lui a été offerte. En fait, plus qu’une invitation dans sa maison, il s’agit aussi d’une découverte de son mode de vie. En quelques mots, qui ne suffiront pas à résumer sa philosophie, Elyes essaye de vivre avec peu d’argent, produit peu voire pas de déchets et recherche à terme une autonomie en nourriture et en énergie. Il a débuté un potager en permaculture et compte reprendre le champ d’oliviers familial. Il remet en question les notions de consommation, de prix et de liberté. Comme vous pouvez vous en doutez, nous avons été passionnés par ces échanges et les questions ont fusé. Nous avons donc décidé de rester une journée pour profiter du lieu et du soleil et nous imprégner un peu plus de sa philosophie. Et éviter toute tendinite bien sûr ! En compagnie de Zyed, Emmanuelle, nous avons fait un petit tour de vélo pour aller voir la mer et la forêt voisine et semer des graines dans le champ d’oliviers d’Elyes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Elyes

Le lendemain, c’est gonflés à bloc que nous pédalons le long des champs d’oliviers. A Sfax, nous décidons de prendre un train pour Gabès. En effet, plusieurs personnes nous ont déconseillé de suivre cette route à vélo en raison de son peu d’intérêt mais surtout de son fort trafic (notamment des poids lourds). Et puis prendre le train avec les vélos c’est toujours une petite aventure !
A Gabès, nous visitons à vélo l’oasis maritime et pointons vers le Grand Sud. Dès la sortie de la ville les paysages changent, les palmiers remplacent peu à peu les oliviers, les sols sont arides, la végétation est plus sèche, le sable fait son apparition, le teint des hommes est plus hâlé et ces derniers portent souvent des grandes capes (les burnous) et nous croisons régulièrement des dromadaires sur le bord de la route ou devant une boucherie… Bref, en quelques kilomètres nous avons l’impression d’avoir changé de pays.

Avec une description comme celle-ci vous devez nous imaginer en t-shirt et tongs. Et bien non, même si nous subissons pas les températures négatives françaises, il ne fait pas 40 degrés à l’ombre et il fait froid quand le soleil se cache !

 
C’est le coeur rempli d’émotions que nous entrons dans la fameuse ville de Tataouine (séance photos oblige !)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes accueillis par la famille de Wahid qui est originaire de Tataouine, notamment par son oncle Zin et sa famille ainsi que son cousin Mohammed. Ils sont au petits soin, nous font découvrir des merveilles de la région (des villages berbères et des ksour, anciens greniers fortifiés entre autres) et nous ne quittons jamais la table sans être plus que plus que rassasiés. Nous apprenons plein de choses et sommes accueillis comme des rois; nous sommes très touchés.
Alors, on va repartir gonflés à bloc!

Nous espérons que vous vous portez bien et que cette nouvelle année débute à merveille. Et il est encore temps de vous souhaiter à tous une très belle année 2017 avec plein de belles choses, du bonheur, une bonne santé, (du vélo ?) et plein de découvertes bien sûr ! A très bientôt

Big bisous
Les petits mollets

Publicités

2 réflexions sur “Jusqu’au Boudellaa Tunisie

  1. c’est bien de toujours partir gonflés à bloc…ça évite les crevaisons ;-)!!!!!! je pouvais pas la louper celle-là!!!
    bisous les chouchous

  2. Elle paraît si loin cette rencontre en Grèce !
    Je pars au boulot, le sourire aux lèvres 🙂
    C’est toujours agréable de vous lire et de voir quelques photos !
    Profitez encore et faites nous partager vos découvertes !

    Bonne route !
    Merci, des bisous 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s