De Mashhad à Samarcande, premiers coups de pédale en Asie Centrale

Bonjour à tous,

Lors de notre dernier message, nous avons laissé exprimé notre joie quant à l’obtention de notre visa de transit turkmen. Une fois remis de nos émotions, il fallait s’atteler à la tâche.

 

Derniers jours en terre Perse

Nous avons passé encore quelques jours en Iran avec un bon petit programme: préparer la suite, rejoindre la ville de Mashhad en bus, nous promener dans cette ville sainte pour les chiites (il y a le sanctuaire de l’un des douze immams, lieu incroyablement grand, beau et rempli de pèlerins venus se recueillir), passer du bon temps avec nos hôtes warmshower et pédaler pour rejoindre la frontière en trois petits jours (on reprend tout doux). Nous quittons l’Iran après un mois et demi, la tête remplie et on sent qu’on aura besoin de plusieurs semaines pour digérer ce pays intense et fort.

 

Ça gaze au Turkménistan

Le passage éclair au Turkménistan est marqué par un sentiment de frustration : frustration de ne pas pouvoir s’arrêter pour visiter, échanger quelques mots avec les personnes qui nous interpellent sur la route, rencontrer des turkmens et comprendre un peu mieux le pays, frustration de devoir pédaler toute la journée et garder la tête dans le guidon. Le deuxième soir, nous demandons notre route à un monsieur et nous recevons une invitation à dormir en guise de réponse. Ainsi, nous avons eu la chance d’être hébergés par une famille pour l’une des quatre nuits dans le pays. Nous échangeons malgré notre barrière linguistique mais l’énergie est difficile à trouver après 120 km de vélos (et la perspective d’un lever à 5h du matin et d’une nouvelle journée de pédalage intensif). 

Ainsi, nous avons apprécié ce défi sportif et avons été très heureux de le relever. Mais définitivement ce n’est pas notre manière de voyager et nous préférons prendre notre temps.

* Nous noterons une triple signification du « ça gaze »: ça va bien, on a filé vite et enfin référence à l’une des principales ressources du pays.

 

Ouzbékistan, le pays aux sourires en or

Quelle joie d’arriver à Boukhara et de savourer notre première bière ! Elle fête plein de choses cette bière : la traversée du Turkménistan, notre arrivée en Asie Centrale, la découverte de la magnifique ville de Bukhara et la fin d’un jeûne (de bière bien sûr !) de plus de 7 semaines.

Nous restons quelques jours dans cette ville mythique de la route de la soie et nous nous régalons. Ensuite, trois jours de vélo sont nécessaires pour rejoindre une autre ville mythique, Samarcande, où nous sommes actuellement. Les températures sont très agréables, les visites impressionnantes et les rencontres d’autres voyageurs sympathiques.

Nous noterons une ambiance particulière dans le pays. En effet, la veille de notre arrivée, le président ouzbek Islam Karimov, à la tête du pays depuis 25 ans, est décédé.  On sent les ouzbek très affectés par cette nouvelle et inquiets pour l’avenir.  A Samarcande, où il enterré, les visites officielles se succèdent et nombreux sont les ouzbek à venir se recueillir.

 

Changement de plans pour les petits mollets

Comme nous l’avons évoqué dans le dernier article, l’obtention du visa chinois s’est avéré très compliquée voire impossible. Nous avons donc décidé de changer notre itinéraire. D’autant qu’une nouvelle donnée s’est insérée dans notre équation au cours du voyage: le mariage de Lucie (Dupont d’enfance de Lucie) fin décembre à Tunis.

Alors, prenons une carte, listons nos envies et jouons aux aventuriers du rail grandeur nature.  Et le fruit de cette intense réflexion est ce plan-ci: rejoindre le Kirghizstan puis le Kazakhstan, demander notre visa russe à Almaty, rejoindre la Russie et traverser le pays avec le Transiberien, direction : à l’est toute! Arrivés à Vladivostok, nous envisageons de nous rendre en Corée du Sud et/ou au Japon avant de nous envoler pour la Tunisie. 

Bien sûr, il s’agit encore d’un projet et tout peut encore changer au gré de nos envies, de la politique extérieure des pays visés, d’une tentative de coup d’État et du décès d’un président….

Et puis, comme si on avait pas eu assez de changements et qu’on adorait prendre des décisions, on s’est rajouté une petite étape en Asie Centrale.  En effet, nous allons nous rendre au Tadjikistan et emprunter la fameuse et montagneuse Pamir Highway avant d’aller au Kirghizistan.

Voilà pour les dernières nouvelles. La vie est belle !

On espère que tout va bien pour vous et que la rentrée se passe sous le soleil.

La bise

Pierre et Lucie

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “De Mashhad à Samarcande, premiers coups de pédale en Asie Centrale

  1. bonjour je suis j;arnou l’ami de georges. Je suis votre itineraire car nous avons fait la pamir road en juin. magnifique vous allez vous regaler. Le es pamiris ismaeliens sont fabuleux si vous pouvez passez par bulunkul col ensuite a 4600 m. bon courage J.arnou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s